You are visiting a website that is not intended for your region

The page or information you have requested is intended for an audience outside the United States. By continuing to browse you confirm that you are a non-US resident requesting access to this page or information.

Switch to the US site

Select Your Country or Region
Envoyer
Getinge Flow-i

Anesthésie à bas débit

Sujets

Pourquoi l'anesthésie à bas débit ?

Déjà en 1924, RM Waters a publié un article dans Anesthesia and Analgesia dans lequel il présente l'amélioration économique, la commodité et le bien-être des patients comme des avantages de l'utilisation d'un système de réinspiration pendant l'anesthésie [1].  C'est encore le cas aujourd'hui, mais nous pouvons également ajouter le bien-être de la planète parmi les avantages majeurs.

L'anesthésie à bas débit offre des avantages pour les poumons, mais également au niveau économique et environnemental

En anesthésie à bas débit, un système de réinspiration utilise un débit de gaz frais (DGF) inférieur à la ventilation alvéolaire du patient. Cette technique utilise moins d'agents anesthésiques que les systèmes conventionnels, émet moins de gaz dans l'atmosphère et améliore la dynamique de débit de l'air inhalé. Un débit faible est généralement caractérisé par un débit de gaz frais inférieur à 1,0 l/min. Avec un débit minimal, le DGF est réduit à 0,5 l/min.

Devrions-nous passer à une anesthésie à bas débit ou à débit minimal ?

La réduction du débit de gaz frais présente plusieurs avantages :

web-anesthesia-low-flow-icon-economy

Économique

Les dépenses liées aux agents représentent une grande partie du coût total de possession des appareils d'anesthésie. Réduire la consommation d'agents anesthésiques dans vos blocs opératoires aura un impact positif sur les dépenses globales de votre hôpital.

web-anesthesia-low-flow-environmental

Impact environnemental

Avec l'anesthésie à bas débit, une plus faible quantité d'agent anesthésique est libérée dans l'environnement, diminuant l'impact des fluorocarbures et du protoxyde d'azote sur la couche d'ozone, réduisant ainsi les émissions globales de gaz à effet de serre.

web-anesthesia-low-flow-patient-safety

Amélioration du confort et de la sécurité du patient

Un DGF faible améliore la dynamique de débit des gaz inhalés, augmente l'élimination mucociliaire, maintient la température corporelle et réduit les pertes d'eau. 

web-anesthesia-low-flow-staff-safety

Sécurité du personnel du bloc opératoire

Avec moins de gaz excédentaire non utilisé évacué dans l'atmosphère, la concentration de gaz anesthésique dans le bloc opératoire est considérablement réduite. Cela minimise les risques professionnels pour le personnel du bloc opératoire.

Quels sont les risques potentiels de l’anesthésie à bas débit ?

Mélanges hypoxiques

La formation de mélanges hypoxiques représente l'un des plus grands risques liés à l'utilisation de l'anesthésie à bas débit. La réduction du débit de gaz frais dans un circuit fermé entraîne une différence entre la concentration d'O2  délivrée (FD) à la sortie de gaz commune et l'O2 inspiré  (FIO2). Par conséquent, la FIO2 devient inférieure à la fraction d'oxygène délivré (FDO2). Il se peut que cela ne soit pas toujours suffisamment repéré et, si les réglages ne sont pas ajustés, des mélanges hypoxiques peuvent se développer. Il a été démontré qu'une protection hypoxique d'inspiration active prévient la formation de mélanges hypoxiques. 

 
 
Profondeur d'anesthésie inadéquate

Pendant une anesthésie à bas débit, il existe un risque potentiel de concentration inadéquate de gaz anesthésique. Un système de réglage automatique des gaz (AGC) élimine le besoin de réglages manuels continus du DGF, de la FIO2 et de l'ETAH. Cibler directement la FIO2  permet d'éviter l'hypoxie. Cibler l'ETAH à la vitesse souhaitée réduira le risque de sous-dosage ou de surdosage.

En savoir plus sur notre réglage automatique des gaz (AGC) 

Articles associés

  • Bloc opératoire

LMD - L’avenir des éclairages de bloc opératoire

Ne vous focalisez plus sur l’éclairage mais sur l’intervention. Une acuité visuelle optimale est maintenue et les difficultés d’adaptation aux variations excessives de luminosité sont évitées.

En savoir plus

  • Bloc opératoire

Réduire la fatigue visuelle au sein du bloc opératoire

La réduction du contraste entre la zone d’intervention et les zones environnantes améliore le confort et les performances visuelles. L’éclairage chirurgical le plus efficace offre une transition graduelle entre la zone éclairée et l’éclairage du bloc opératoire afin de réduire la fatigue oculaire.

En savoir plus

  • Bloc opératoire

Les bases de l’éclairage chirurgical

Un bon éclairage chirurgical est essentiel pour la sécurité du patient et le confort du personnel. Il doit pouvoir permettre à l’équipe médicale de se concentrer exclusivement sur l’intervention chirurgicale.

En savoir plus

  • Bloc opératoire

L'hypotension: un risque inconnu

Les études démontrent que l'hypotension peropératoire est une réalité. Même des épisodes d'hypotension courts peuvent entraîner de graves complications.

En savoir plus

  • Bloc opératoire

Garder les poumons des patients en bonne santé

Restaurer et préserver la santé de vos patients : tels sont les principaux objectifs des établissements de santé. Cela implique de tout faire pour éviter d’éventuelles complications postopératoires liées à l’anesthésie, comme l’atélectasie.

En savoir plus

  • Bloc opératoire

Interaction cœur-poumon

Le collapsus pulmonaire induit par l'anesthésie est bien connu et peut être évité grâce à une bonne stratégie de ventilation.

En savoir plus

Toutes les références

  1. Waters R.M 1924 Clinical scope and utility of carbon dioxid filtration in inhalation anesthesia. Anesthesia and Analgesia Feb p 20-22, 26