You are visiting a website that is not intended for your region

The page or information you have requested is intended for an audience outside the United States. By continuing to browse you confirm that you are a non-US resident requesting access to this page or information.

Switch to the US site

Select Your Country or Region
Envoyer
Coronary artery bypass grafting

Le PAC -
Pontage aorto-coronarien

Sujets

Qu’est-ce qu’une maladie coronarienne ?

Chaque année, des millions de patients sont diagnostiqués porteurs d’une forme de maladie cardiaque, dont l’une des plus fréquentes est l’athérosclérose.

Les maladies cardiovasculaires constituaient la principale cause de décès (32 %) dans le monde.[1]

L’athérosclérose est communément appelée "durcissement des artères". Il s’agit d’une accumulation graduelle de dépôts de graisse dans les artères qui provoque leur rétrécissement, voire leur obstruction. Lorsque ce processus survient dans les artères coronaires, il est appelé athérosclérose coronaire ou maladie coronarienne (MC).

Lorsque des dépôts graisseux, appelés plaque, se développent dans la paroi de ces artères, plusieurs phénomènes peuvent se produire :

  • La paroi de l’artère devient plus épaisse et plus rugueuse
  • L’accumulation de plaque rétrécit l’ouverture dans l’artère
  • Le rétrécissement complique le passage du sang dans l’artère
  • Le cœur doit travailler davantage pour pomper le sang
  • La plaque peut s’accumuler jusqu’à un point où elle bloque complètement le flux sanguin dans l’artère
  • La plaque peut aussi « se rompre » ou se détacher de la paroi artérielle, provoquant une obstruction partielle ou totale de l’artère, ce qui peut également empêcher l’apport de sang au muscle cardiaque.

Si une ou plusieur(s) artère(s) se bloque(nt), le tissu cardiaque ne reçoit pas l’apport sanguin dont il a besoin pour fonctionner. Les conséquences peuvent aller d’une légère douleur thoracique (angine) à une grave crise cardiaque.

Comment traiter la maladie coronarienne ?

L’une des options thérapeutiques pour les patients atteints d’athérosclérose coronaire est la chirurgie par pontage  aorto-coronarien (PAC), un procédé de chirurgie cardiaque qui rétablit le flux sanguin.

Depuis plus de 50 ans, la chirurgie par pontage aorto-coronarien (PAC) est un traitement pour la revascularisation des patients atteints d’une maladie coronarienne.[2]coeur-bypass.png

Les maladies cardiovasculaire surviennent partout !

Prévalence des troubles cardiovasculaires diagnostiqués[3]graphique pays.png

Mais le nombre de pontages avec anastomose pour les procédés de revascularisation cardiaque réalisés diffère légèrement.[4]


graphique pays comparaison.png

Un nouveau défi pour le chirurgien spécialisé en chirurgie cardiaque

Les changements de mode de vie actuels et le vieillissement de la population conduisent à un profil de risque plus élevé avec de multiples comorbidités pour les patients nécessitant un pontage aorto-coronarien. Cela contribue à une augmentation de la complexité chirurgicale, des complications périopératoires et des coûts.[5]

Plus de 30 % des patients nécessitant une chirurgie par pontage aorto-coronarien sont considérés comme à haut risque.[6] Certains de ces patients à haut risque présentent des taux de morbidité et de mortalité supérieurs à 80 %.[7]

graphique pays comparaison avec risques.png

Chaque étape du parcours clinique participe à une chirurgie réussie et à une récupération optimale.

Stabilisation préopératoire

La médecine fondée sur des données probantes suggère que les protocoles cliniques, qui incluent un suivi du patient et une stratégie de protection du myocarde, peuvent aider à éviter les complications pendant la procédure et à raccourcir la durée globale du séjour.[8] [9].

Traitement per-opératoire

Optimiser le traitement opératoire peut aider à minimiser les complications chirurgicales. À partir de l’administration de l’anesthésie, le recours à une intervention chirurgicale à cœur battant ou à une approche visant à soutenir un cœur défaillant à l'aide de la technologie adaptée peut aider à réduire les complications, la durée de ventilation et les coûts hospitaliers.

Récupération post-opératoire

Un syndrome de faible débit cardiaque et une ventilation mécanique prolongée sont des complications post-opératoires courantes et coûteuses à la suite d’une chirurgie par pontage aorto-coronarien (PAC).[2],[10]chemin operation.png

Toutes les références

  1. OWID

  2. European Heart Journal, Volume 34, Issue 37, 1 October 2013, Pages 2862–2872

  3. Kantar Health

  4. Cost of Individual complications following coronary artery bypass grafting. J Thorac Cardiovasc Sug 2018;155:875-82.

  5. Cost of Individual complications following coronary artery bypass grafting. J Thorac Cardiovasc Sug 2018;155:875-82.

  6. High Risk CABG Patients: Incidence, Surgical Strategies and Results: Ann Thorac Surg 2004;77:574–80

  7. Results of the STS Adult Cardiac Surgery Online Risk Calculator. Accessed 9 August 2018.

  8. Goal-directed therapy in cardiac surgery: a systematic review and meta-analysis British Journal of Anaesthesia 110 (4): 510–17 (2013)

  9. Preoperative intra-aortic balloon pump use in high-risk patients prior to coronary artery bypass graft surgery decreases the risk for morbidity and mortality—A meta-analysis of 9,212 patients. J Card Surg. 2017;32:177–185

  10. Low Cardiac Output Syndrome After Cardiac Surgery. Journal of Cardiothoracic and Vascular Anesthesia 31 (2017) 291–308